Déclaration de la Coordination du Forum sur le leadership féminin et  du Cercle d’Initiatives citoyennes pour le Challenge et le Changement en Afrique (CICCA)

JOURNÉE DU 08 MARS

 

 « Les femmes détiennent la moitié du ciel » déclarent Nicolas Kristof et Sheryl WuDunn, dans leur livre – témoignage sur la situation des femmes dans le monde titré, ‘’La moitié du ciel’’.

En instituant le 08 mars comme journée internationale des droits de la femme, l’organisation des Nations-Unies a voulu honorer le combat des femmes pour leur émancipation mais aussi, attirer chaque année les projecteurs de l’actualité, beaucoup trop indifférents face à leurs préoccupations et leurs droits, sur cette évidence que les femmes sont l’autre composante de l’humanité.

En fait, les droits des femmes doivent s’exercer tous les jours ; cependant, en tant qu’êtres humains, elles subissent de nombreuses atteintes à ces droits comme tout être humain. Mais, ces violations sont plus accrues en ce qu’elles sont caractérisées par des actes de discriminations, de stigmatisations et de brimades du fait des hommes, ceux qu’elles sont censées pourtant accompagner et auxquels elles sont appelées à apporter une complémentarité et l’équilibre pour la bonne marche du monde.

Le thème de la journée du 08 mars de cette année qui est « Je suis de la génération égalité : levez-vous pour les droits des femmes », nous invite à nous lever pour les droits de nos mères, épouses, sœurs, cousines, tantes, amies ou tout simplement compagnes de la  vie.

Nous lever, d’abord, nous les hommes, parce que pendant longtemps, nous sommes nombreux à nous asseoir sur les droits des femmes, ensuite, ensemble pour en favoriser leur jouissance pleine et entière et enfin, pour porter le flambeau de l’égalité en nous élevant et en considérant que nous n’irons vraiment pas bien loin sans le concours des femmes. Il est temps de nous lever.

Nous africains, nous devons être de la génération de l’égalité, de la justice et du bonheur partagé en Afrique, un continent qui doit offrir les mêmes chances à ses enfants. Nos traditions et nos coutumes doivent cesser d’être l’alibi pour confiner les femmes dans les rôles subalternes et les écarter des sphères de décisions mais plutôt, des repères efficients pour réaliser l’unité et la concorde universelle.

A CICCA, nous avons décidé de relever des challenges pour favoriser le changement et non pas contre un système ou les autres, mais pour nous tous et pour l’Afrique. Et nous constatons avec plaisir que de plus en plus, un peu partout et surtout en Afrique, des voix féminines se lèvent, des compétences et des aptitudes s’affirment parmi les femmes et s’élèvent vers des responsabilités de plus en plus grandes pour rétablir la justice sociale et l’égalité entre les êtres humains.

Mais, du chemin reste à faire, des obstacles à franchir et des paradigmes à changer. Nous sommes convaincus que notre continent parviendra à réaliser cette unité d’âmes et de volontés pour réussir son émergence si l’Afrique retrouve son identité et donne aux femmes la place qu’elles méritent dans la société.

En tout état de cause, si nous écartons les femmes de l’horizon des affaires de la cité, elles finiront par l’assombrir par leur absence et nous les hommes, nous perdrons le monde.

Chaque jour est une vie. Travaillons à la beauté de la vie.

 

Alors, debout et ensemble pour les Droits des Femmes pour que demain qui arrive bientôt soit meilleur pour tous.

Bonne  fête à toutes les femmes

 

 

Pour CICCA,

Le Président,

Me Koffi Sylvain ATTOH-MENSAH